Cette semaine, nous avons appris dans les médias que les garçons québécois ne lisent presque pas et dans certains cas, pas du tout. En effet, l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) dévoilait que :

2000 adolescents de 15 ans ont été interrogés sur leurs habitudes de lecture. Parmi eux, 32 % des garçons ont répondu ne pas lire du tout pour le plaisir et 26 % ont indiqué lire moins d’une heure par semaine, que ce soit sur papier ou à l’écran. Ces proportions sont moins élevées chez les filles, qui lisent davantage que les garçons »

Cette situation est alarmante, car les enfants qui lisent peu sont plus susceptibles de devenir des décrocheurs. À l’inverse, la pratique de la lecture comme loisirs favorise de meilleurs résultats en français et en mathématique. C’est pourquoi il est essentiel de transmettre le goût de la lecture aux jeunes. Comme l’étude le mentionne, tâchons de mettre un petit effort supplémentaire auprès des garçons, qui ont une pente à remonter selon les statistiques! Il n’est jamais trop tôt pour commencer!


Comme parents, vous avez un rôle déterminant à jouer pour transmettre la passion des livres à vos jeunes. Comment s’y prendre ? Suivez mon guide pratique de l’ergothérapeute :

Choisissez le moment propice !

Il est important que votre enfant soit attentif et dans un niveau d’activité optimal pour apprécier pleinement la lecture. Lors du retour au calme après une activité physique, comme jouer dehors, le moment est souvent propice. Aussi, lors d’une pause collation, la stimulation dans la bouche lorsque l’enfant mange sa collation lui permet (la plupart du temps) d’être plus attentif aux activités calmes comme la lecture.

Sortez de la monotonie!

Créez un « événement  de lecture »! Transformez votre salon en campement avec des couvertures. Sortez votre lampe de poche et faites découvrir à vos jeunes les joies de se plonger dans une aventure littéraire!

Lors des journées ensoleillées, installez-vous dehors, dans un parc, pour lire une histoire à vos enfants (je comprends qu’en plein mois de novembre, ce n’est pas l’idéal, mais vous pourrez réutiliser ce truc durant l’été!).

Lisez des histoires, même si vos enfants sont grands !

En lisant vous-même les histoires, vous contribuez à générer des expériences positives de lecture dans le cerveau de votre enfant, qui deviendra plus réceptif à cette activité. Aussi, vous contribuez à enrichir son vocabulaire et à l’exposer à des structures de texte plus élaborées. Vous offrez aussi des opportunités de réflexion et de discussion par rapport à l’histoire. C’est une belle occasion de développer la résolution de problèmes. Vous pouvez entamer une discussion avec ce type de sujet : qu’aurais-tu fais à la place du personnage principal dans tel situation?

Si tu avais la possibilité d’imaginer la fin de l’histoire ou d’en changer la fin, décris-moi comment cela se terminerait?

La lecture dans le train-train quotidien

Intégrez la lecture d’histoires dans votre routine au quotidien (durant le bain, avant le dodo, après avoir joué dehors, etc.). C’est en se pratiquant souvent qu’on voit des résultats!

Ajoutez du défi et des jeux!

Des études ont démontré que les enfants performent mieux lorsqu’ils vivent du plaisir durant les activités. Par exemple, si vous lisez un livre sur les animaux, amusez-vous à compter le nombre d’animaux nommés dans la page, ou de trouver des mots qui débutent par une lettre ou un son en particulier. Si les enfants sont plus grands, vous pourriez lire le texte à l’avance et préparer quelques questions « défi » pour vérifier leur compréhension du texte. Votre enfant pourrait lui-aussi préparer des questions et mettre au défi son parent.

J’espère que ces astuces vous seront profitables. Vous connaîtrez la suite des conseils dans le prochain épisode!


Ergothérapie, ergothérapie, ergothérapeute, ergothérapeute, Sherbrooke, Sherbrooke

À lire :

 École primaire: Comment garder l’attention de mes élèves durant la causerie ?

Comment améliorer l’attention des enfants?


Références :

Les dyslexies-dysorthographies, collection Éducation intervention, Presses de l’Université du Québec, sous la direction de Brigitte Stanké

TVA Nouvelles 2016-11-15 : La majorité des garçons ne lisent pas pour le plaisir

 

Tags:

Écrire une réponse ou un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *