L’ironie du sort: une ergothérapeute avec des douleurs persistantes!

 

Pendant deux ans, j’ai vécu quotidiennement avec des douleurs au cou et aux épaules. La douleur s’est installée de façon lente et insidieuse, sans élément déclencheur particulier. C’est ironique n’est-ce pas, une ergothérapeute avec des douleurs persistantes?

Comme je refuse d’être un « cordonnier mal chaussé », j’ai pris en main ma condition de santé:

  1. J’ai fait l’évaluation de mon poste de travail informatique. Ensuite, j’ai fait les ajustements pour que mon environnement de travail soit fonctionnel et ergonomique.
  2. J’ai fait l’acquisition d’une bonne chaise de bureau, que j’ai ajusté avec soin.
  3. J’ai adapté mon horaire de travail, pour que je puisse prendre des micro-pauses et me lever aux 30-45 minutes et contrer les effets de la sédentarité !
  4. Je fais de l’activité physique régulièrement, en moyenne trois fois par semaine.
  5. J’ai consulté un kinésiologue, une physiothérapeute et un ostéopathe pour évaluer ma condition et obtenir des plans d’entrainement et de renforcement personnalisés.

Étrangement, malgré toutes mes démarches, mes douleurs ont persisté… Quelle déception ! Mes efforts ne donnaient pas les résultats souhaités.

Puis, par hasard, j’ai mis la main sur un livre, que j’ai dévoré en quelques jours. Ce livre m’a fait beaucoup réfléchir. Dans les semaines qui ont suivi, mes douleurs ont diminué de 95%. Et quand le dernier 5% de douleur pointe le bout de son nez, je sais quoi faire pour gérer ma douleur.

 

« Le meilleur anti-douleur, c’est votre cerveau » – Dr John Sarno

 

 

J’ai mis la main sur un livre du Dr John Sarno, professeur de médecine à l’Université de New-York.  Ce grand homme, décédé en 2017 à l’âge de 94 ans,  a dédié sa vie à aider les gens souffrant de douleurs persistantes et incapacitantes. Son approche sort des sentiers battus de la médecine conventionnelle. Son travail mérite d’être connu et partagé davantage.

Dr Sarno a publié plusieurs livres durant sa carrière, qui ont aidé des dizaines de milliers de personnes.

Un blog (Thank You, Dr. Sarno) a d’ailleurs été créé pour lui rendre hommage, regroupant de nombreux témoignages de remerciement (en anglais).

Le livre en question est : « Le meilleur anti-douleur, c’est votre cerveau, en finir avec la douleur sans ostéo, sans médicament, sans chirurgie. »

L’idée générale la plus importante à retenir de cet ouvrage : le corps et l’esprit sont intimement liés. C’est simple non ?

 

AVERTISSEMENTS 

 

 

  • Si vous êtes aux prises avec des douleurs, consultez d’abord votre médecin pour vous assurer d’avoir écarté les hypothèses de problème de santé grave.
  • Il vous faudra un minimum de curiosité et d’ouverture d’esprit pour bien adhérer à la théorie du Dr Sarno. Si vous êtes sceptique et n’y croyez pas, ça ne fonctionnera pas. Donc, cette approche ne peut s’appliquer à tout le monde.
  • J’ai tendance à croire que l’approche s’applique davantage aux gens qui ne sont pas en stade de douleur aiguë, qui ont des douleurs depuis plusieurs mois et pour qui les traitements « conventionnels  » essayés n’ont pas donné les résultats souhaités.

Voici un avant-goût des concepts essentiels de la théorie du Dr John Sarno…

 

LA THÉORIE DE JOHN SARNO : LE SYNDROME DE TENSION MUSCULAIRE (STM)

 

 

Le cerveau est très complexe et comprend encore plusieurs mystères. Selon Sarno, nous vivons tous de la rage, que nous refoulons, à tous les jours. Comme cela se fait de manière inconsciente, il est très possible que vous ne l’ayez jamais réalisé.

Les concepts de l’inconscient ont été développés par Freud. Sarno s’appuie beaucoup sur les concepts fondamentaux de la psychanalyse.

 

 

Quelles sont les causes de cette rage « inconsciente »?

 

 

 

L’enfance, évidemment 

  • Un enfant qui vit des traumatismes ou de la maltraitance risque très certainement de ressentir de la rage, à l’âge adulte.
  • Aussi, des règles très strictes et des attentes de performances trop élevées de la part des parents peuvent générer de la colère.
  • Tout besoin non comblé à l’enfance peut devenir une source de rage.

Certains traits de personnalité 

  • Plusieurs se reconnaîtront : les personnes perfectionnistes, anxieuses, déterminées et entreprenantes sont plus susceptibles de vivre de la rage.
  • Aussi, ceux et celles qui veulent à tout prix être « de bonnes personnes » se mettent beaucoup de pression pour être aimés et appréciés.
  • Ça génère beaucoup de rage au fond de soi, de vouloir être un bon parent, un bon époux, un bon ami, un bon collègue de travail, un travailleur compétent, etc.

La vie, tout simplement.

  • Un « flat » sur l’autoroute, un dégât d’eau, un bras cassé, une gastro: c’est enrageant !
  • Plus sérieusement, on peut penser à des événements plus graves, comme : le décès d’un proche, un deuil, un divorce/séparation, des conflits au travail, etc. Les pressions de la vie quotidienne causent beaucoup de rage dans l’inconscient.
  • Attention : Les événements positifs et négatifs génèrent de la colère.
    • En voici de bons exemples : Un mariage, une grossesse, une naissance, Noël, un voyage, une nouvelle relation de couple, une promotion au travail, un départ à la retraite, etc.
    • Une nouvelle maman peut vivre des émotions opposées (joie de la maternité, rage de ne plus avoir de temps pour soi).

 


 

Et la douleur, dans tout ça ?

 

Que fait votre cerveau avec toute cette rage refoulée à tous les jours dans l’inconscient ? Il veut vous protéger de toutes ces pensées indésirables.  Le cerveau utilise donc un mécanisme de défense : il fait diversion en générant de la douleur dans une partie de votre corps (ex : cou, épaule, bras, dos, hanche, jambe, etc.). Votre attention est alors portée sur la douleur plutôt que sur votre rage refoulée.

On parle ici d’une VRAIE douleur, générée par le cerveau.  Ce n’est pas une douleur « imaginaire ». C’est une vraie douleur dérangeante, pénible, souffrante. Par contre, ça n’est pas dangereux. C’est ce que Sarno appelle : le syndrome de tension musculaire.


Voici comment un syndrome de tension musculaire (STM) est généré :

 

  • La rage inconsciente refoulée entraine une activité anormale du système nerveux autonome (responsable de la circulation sanguine).
  • Ceci amène une diminution de la circulation sanguine locale, par exemple, dans votre bas de dos.
  • Cela génère un léger manque d’oxygène dans le bas du dos et occasionne des douleurs musculaires (peut aussi s’accompagner d’engourdissements, de picotements et de la faiblesse).

 


Est-ce que j’ai piqué votre curiosité ?

 

Si vous vous  êtes reconnu dans cette lecture et si vous souffrez de douleurs persistantes, je vous conseille fortement de vous procurer le livre de Dr Sarno. Je n’ai qu’effleuré le sujet dans cet article ! Vous trouverez dans son ouvrage des stratégies concrètes et faciles à appliquer, pour vous aider à ne plus souffrir de douleurs.

Cette approche devrait être connue de tous les professionnels de la santé ! Je fais ma part pour partager ce savoir et aider les gens à vivre mieux, sans douleur.

 


Vous êtes sceptiques ?

 

Je comprends que cette approche ne fait pas l’unanimité.  Elle est controversée dans le milieu de la santé et Dr Sarno a toujours été vu comme un « mouton noir » dans sa propre profession.

Si la douleur provient d’une rage refoulée dans l’inconscient, aucun médicament, exercice, chirurgie, injection, massage, produit naturel ne fera effet. Le traitement sera de faire une introspection sur vous-même, de réaliser les sources de rage dans votre vie. Ce n’est pas facile à faire, mais c’est la direction à prendre.

Cette approche a été efficace pour moi et a aidé des milliers de personnes. Pourquoi ne pas s’y intéresser ?

 

 


Source :

 

« Le meilleur anti-douleur, c’est votre cerveau, en finir avec la douleur sans ostéo, sans médicament, sans chirurgie. »

 

 

Vidéo :

Si vous comprenez bien l’anglais, je vous conseille fortement ce documentaire sur Dr Sarno : All The Rage.

 

Tags:

Écrire une réponse ou un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *