La journée nationale des aidants !

Le 6 octobre dernier était la journée nationale des aidants. Bien que la date soit passée, je tiens à souligner cette journée! J’admire tous les bénévoles, parents, enfants, amis ou voisins impliqués dans le bien être d’une personne importante.

Cet article s’adresse tout particulièrement aux aidants de personnes âgées, hébergées en CHLSD.

Un CHSLD est un centre d’hébergement de soins de longue durée. Les personnes qui y vivent sont des personnes âgées en grande perte d’autonomie. Elles ont besoin d’aide pour la majorité de leurs soins (par exemple: manger, s’habiller, se laver). Elles ont également des problèmes de santé importants (par exemple : stade avancé de la maladie d’Alzheimer).

Je vous offre quelques conseils pour bien accompagner la personne chère, tout en prévenant l’épuisement des aidants.

 

7 façons de bien accompagner un proche en CHSLD

 

1. D’abord, libérez-vous de votre culpabilité.

Si votre proche est admis en soins de longue durée, c’est parce que ses besoins sont trop grands pour que vous puissiez y répondre seul(e). Votre proche a besoin de vous, mais également d’une équipe complète pour prendre soin de lui. Vous ne pouvez remplir tous les rôles.

 

2. Acceptez le support des autres.

Le déménagement d’un proche en soins de longue durée est une dure épreuve pour une famille. Chacun vit son deuil à sa façon. Vous aurez certainement besoin d’une oreille attentive pour vous vider le cœur, de temps en temps. Je vous invite à communiquer avec des intervenants de l’Appui de l’Estrie. Cet organisme a pour objectif d’offrir du support aux aidants.  Appelez sans frais à la ligne info aidant 1 855 852-7784.

 

3. Reposez-vous.

Si vous vous sentez triste, épuisé ou impatient, ne venez pas visiter votre proche. Vous n’êtes pas obligé de voir votre mère ou votre père à tous les jours. D’ailleurs, votre parent a besoin de repos, lui aussi. Allez-y lorsque vous vous sentez bien et reposé. Évitez de venir en groupe, car c’est souvent très éprouvant pour une personne en hébergement. Si votre famille est nombreuse, établissez plutôt un horaire pour que votre proche reçoive de la visite sur une base régulière, une personne à la fois.

 

4. Acceptez l’évolution de la maladie.

Les semaines et les mois vont passer et vous remarquerez des changements chez votre proche. Par exemple :

  1. Il vous reconnait de moins en moins.
  2. Elle est plus souvent somnolente et dort à votre arrivée.
  3. Il répète souvent les mêmes questions ou vous parle de choses incohérentes.
  4. Elle ne se rappelle plus de vos visites; sa mémoire devient de plus en plus altérée.
  5. La personne perd l’envie ou n’a plus les capacités de participer à ses passes-temps favoris (ex : tricot, cartes, lecture).

Dites-vous que votre proche apprécie votre présence ici et maintenant. Visitez-le sans attentes particulières, sans jugement. L’évolution de la maladie vous fera vivre d’autres deuils: c’est pourquoi vous devrez retourner au conseil #2 de temps en temps.

 

5. Aidez la personne à se rappeler qui elle est.

Apportez-lui des objets qui lui rappellent sa vie : une radio avec sa musique préférée, des mitaines tricotées, des albums de photos, un chapelet, etc. Allez-y avec la personnalité de votre proche.

Mettez des grands cadres dans sa chambre avec les membres de la famille et les amis. Un grand calendrier pourrait être bénéfique pour aider la personne à s’orienter dans le temps. Apportez ses draps de la maison, c’est plus réconfortant ainsi!

 

6. Évitez de trop encombrer la chambre!

Les familles ont parfois tendance à remplir la chambre de meubles, de boites de chocolats ou de bibelots pour que leur parent se sente comme chez soi. Faites attention, car vous pourriez lui nuire.

Si la chambre est trop encombrée de meubles, cela peut nuire à l’espace de circulation dans la chambre. Si vous apportez des meubles à roulettes ou fragiles, votre proche pourrait s’y appuyer et faire une chute. La sécurité est la priorité!

Attention aux aliments offerts en cadeau. Plusieurs aînés développent des difficultés à avaler certains aliments et sont plus à risque de s’étouffer. Vérifiez avec la nutritionniste ou l’équipe des soins infirmiers pour vous assurer que les aliments apportés sont sécuritaires.

 

7. Finalement, voici une boite à outils !

Voici une liste d’objets souvent utiles en hébergement. Attention, n’achetez pas tout ça! Commencez par vérifier les besoins avec l’ergothérapeute et les soins infirmier du centre d’hébergement, puis achetez le matériel nécessaire.

 

Les vêtements adaptés.

  • Consultez ma spécialiste des vêtements adaptés, Nancy Auger, thérapeute en réadaptation physique et propriétaire de la boutique Confort adapté et plus à Sherbrooke.

 

Des pantoufles sécuritaires et confortables

Des bas antidérapant

  • Si votre parent se lève la nuit pour aller au toilette, il est préférable d’avoir des bas antidérapant pour prévenir le risque de chutes.
  • Où s’en procurer ? En pharmacie, dans les magasins de grandes surfaces ou chez Medicus Oxybec à Sherbrooke.

Une veilleuse

  • La nuit, les ainés sont plus à risque de chutes en raison de la noirceur.
  • Où s’en procurer ? Magasins de grandes surfaces à Sherbrooke

Un oreiller confortable, en mousse mémoire !

  • La peau devient souvent plus fragile avec l’âge. Les personnes alitées développent parfois des rougeurs aux oreilles lorsqu’elles restent trop longtemps au lit.
  • Où s’en procurer ? En pharmacie à Sherbrooke

Ressources importantes

 

Tags:

Écrire une réponse ou un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *